Ferrari 400 I Automatic

16-07-2020

Ferrari 400i, l'atypique par excellence

Elle est assez peu connue, fabriquée entre 1979 et 1984, la belle et singulière Ferrari 400i est pourtant un phénomène... sans ostentation mais au charme inconditionnel. Lorsque je l'ai vue, ce fut un véritable coup de cœur. C'est pourquoi il était pour moi impensable de la faire restaurer ailleurs qu'au département d'excellence Ferrari Classiche. Aujourd'hui, cette élégante hors-normes vous attend...

Aussi rare que singulière...
Elle se pose en véritable rupture esthétique avec les modèles l'ayant précédée, les rondeurs ayant laissé la place à un design plus anguleux, signé de l'Italien Pininfarina - l'un des carrossiers attitrés de la marque au cheval cabré. De prime abord, c'est autant ce qui m'a frappé que ce qui m'a ému. Singulière, elle l'est assurément avec son V12 placé à l'avant et ses spacieuses 2+2 places pour un confort absolu en mode Gran Turismo ! Elle s'inscrit ici dans la droite lignée de la Ferrari 365GT4 2+2 apparue en 1972 puis de la 400 en 1976, la première à introduire une boîte automatique, et sera ensuite suivie par la 412 - récemment vue dans le film Electroma du groupe français Daft Punk. Rare, elle l'est autant puisque seules 855 Ferrari 400i en boîte automatique sont sorties des usines entre 1979 et 1984, époque marquée par les crises pétrolières et les nouvelles normes de pollution américaines, qui se traduisent directement ici par cette version à injection. Le cinéma lui rend hommage en 1983, avec cette scène magnifique issue du film Rain Man, Charlie Babbitt au volant de sa Ferrari 400i, au milieu d'un champ d'éoliennes, sur une musique de Johnny Clegg and Savuka... 

Une restauration 100% Ferrari
De cette voiture atypique, il se dégage quelque chose d'incroyable que j'ai souhaité sublimer en confiant l'intégralité de sa restauration à Ferrari Classiche Cannes, le département d'excellence de Ferrari. Créé en 2006, celui-ci a pour vocation de “protéger le patrimoine inestimable que représentent ces voitures”, et ce grâce à un personnel hautement qualifié, connaissant parfaitement tous les secrets des moteurs Ferrari et les spécificités de chaque modèle. Cette restauration, d'un montant de 39 957 euros, a fait l'objet d'une certification officielle d'authenticité.

Aperçu des principales restaurations en mécanique et carrosserie 
• Dépose et repose du groupe moteur pour étanchéité
• Remise en état complète de l’étanchéité moteur
• Remplacement chaîne de distribution
• Remise en état étanchéité boite de vitesses
• Remplacement durites 
• Révision moteur et boite de vitesses
• Remplacement des 4 pneumatiques
• Remplacement intermédiaire échappement
• Remplacement compresseur et radiateur climatisation
• Remplacement de la moquette intérieure
• Remplacement tissu de pavillon
• Réfection des cuirs
• Lustrage de la carrosserie